À ceux et celles qui aiment (s’)oublier d’Antoine Turmine

28-31 mars 2019

 

Co-présentation Tangente et BIGICO

Au Wilder\Espace Danse

S’interrogeant sur les codes de la gigue, Antoine fait de la scène son atelier avec cette œuvre informelle parsemée de moments magiques. Dans cette performance percussive sur le thème de la trace où il (re)trouve son groove et fait cohabiter geste et poids, nous voyageons entre trois espaces-temps: des endroits imaginaires délimités par une petite planche, un bureau de travail et un vaste plancher de danse noir et blanc où le danseur disparait à travers sa musique. Il exploite rythme et son comme témoignage de ce qu’il aime de cette danse.

 

Chorégraphe et interprète : Antoine Turmine

Concepteur sonore : François Millette

Concepteur d’éclairages : Ian Yaworski

 

Antoine Turmine + François Marquis à Tangente

 

Mot d’Antoine Turmine :

 

La création se développe chez moi à partir de l’étude d’un geste. Suite à quoi émerge un sens de questions ou de problématiques qui ponctuent le processus en dehors du studio. C’est seulement à partir de là que s’inscrit le travail de composition et d’agencement.

Ainsi, dans le cadre de cette étude, je me permets d’approfondir un travail déjà entamé avec (re)tracer: le frottement des pas de gigue comme initiateur d’une autre danse dynamique et expressive; d’un travail sur la trace plutôt que sur son impact et qui favorise l’apparition d’un jeu et de phrasés dynamiques riches et nuancés. Dans ce jeu rythmique, le corps devient en apesanteur et s’élève sans toutefois perdre son rapport au temps. C’est sur cette esthétique particulière (qui m’appelle en tant qu’artiste) que s’est invité le thème de la trace et l’oubli.

 

 

 

Photo : Valérie Sangin